Etape 3

 


Accueil
Les dingues
Le trajet
Le récit
Les photos
Le top 5
Le top less
Coordonnées
Nouveautés
Autres randonnées

 

Vendredi 13 Juin : Asinau (1530m) - Usciulu (1750m)

Dénivelé : +1006m / -786m

Temps : beau, super beau, comme toujours, alors on va peut-être arrêter de le mettre...

[Priscilla raconte]

Réveil à 4h30 : il fait nuit, c’est dur ! Mais comme on est pas très doués (enfin pas très efficaces), on n’arrive pas à décoller avant 6h25… Bon, là-dessus on n’est pas très fiers. Sinon, super petit déjeuner avec pour la dernière fois du nutella et du pain de mie. Snif, c’est la mort du nutella. A mon grand désespoir ! Super montée de 2h pour atteindre le sommet le plus élevé de la Corse du sud (~2100m) : on a torché le temps du topo-guide ! Aline a eu un peu le vertige, mais avec mon aide, elle est passée partout, comme un cabri. Super photo de groupe au pied de la croix : Guillaume met le retardateur de son appareil photo, et doit piquer un 100m pour venir nous rejoindre à temps. Superbe vue sur les côtes Est et Ouest.

Longue descente à travers la forêt et changement de paysage : les montagnes pelées remplacent les aiguilles de Bavella. On arrive à une passerelle en bois au-dessus d’une rivière. Guillaume veut se baigner, mais on lui refuse car il reste trop de chemin, l’étape est très longue aujourd’hui (9h25 au topo-guide). Vexé, il part devant tout seul. On se motive pour aller pique-niquer à la source. Aline n’a plus d’énergie et Lucien lui offre une super barre Energivit au goût de chewing-gum. Aline se transforme en véritable lapin Duracel et trace son chemin en doublant tout le monde. La dernière ligne droite avant le pique-nique est très bucolique (petits ruisseaux à travers des prairies vertes ou des forêts de pins) : on se croirait au pays des Bisounours. Ça ne nous empêche pas d’en chier et la pause pique-nique à la source est un vrai bonheur.

Je découvre avec horreur mes 2 premières ampoules (en fait, les deux premières de tout le groupe). Repas de saucisson corse très corsé, à s’en dégoûter sur la fin. Lucien sort un paquet de fraises Tagada, ultime ressource d’un moral bien bas. Une chacun, pas plus, c’est la règle.

Il nous faut repartir pour 2h30 de marche sur les crêtes. Facile, on pourrait penser, c’est tout plat ! C’est vrai qu’on voyait déjà le refuge nous tendre les bras. En fait, plus on marchait, plus on avait l’impression qu’il s’éloignait. Les crêtes sont fourbes, n’arrêtent pas de monter et de redescendre, de passer d’un côté et de l’autre, jamais de ligne droite. On commence à avoir sacrément mal aux pieds et les jambes flagellent. Le moral a des hauts et des bas, comme le terrain.

On arrive au refuge épuisés, et il faut encore se battre pour trouver 4 emplacements de tentes. Heureusement, on s’offre de bonnes boissons fraîches et on fait un ravitaillement qui est le bienvenu. Cacahuètes, salades de fruits, saladettes, chocolat, etc. Le gardien nous offre un petit verre d’eau de vie, sur musique de polyphonies corses. Par contre il faut faire minimum une heure de queue pour pouvoir prendre une douche, alors Aline et moi décidons de mettre ce temps à profit pour écrire cette superbe page de prose !

[Aline raconte]

Les vaches autour des tentes sont vraiment épatantes : elles grimpent partout, dévalent les pentes sans le moindre vertige et la tête en bas ! Ca doit être bien d’être une vache…

[Priscilla raconte]

Quelques dernières lignes depuis mon duvet dans la tente : en fait je croyais que tout le monde était crevé mais que nenni : à part moi qui suis déjà couchée, les autres mettent un vrai bordel dans le camping. Il est 21h passées et tous les autres randonneurs dorment déjà depuis longtemps… sauf qui ? Sauf nous ! Bon et en plus, il paraît que la porte de la douche s’est ouverte alors qu’Alexis essayait désespérément de se mouiller avec cette eau gelée : et dire que j’ai loupé ça !

[Lucien raconte]

N’empêche que Julien, que je prenais pour un extra-terrestre, s’est plaint aujourd’hui pour la première fois !! « Putain de montée ! » C’est donc un humain… moi qui le prenait pour un Dieu et me sentais humain, me voilà redescendu au niveau de fillette… Sinon, je suis très fier de l’équipe car on se l’est mangée cette longue et usante étape ! Bien joué les enfants !

 

- photos -

 

Précédente Suivante

Accueil ] Les dingues ] Le trajet ] Le récit ] Les photos ] Le top 5 ] Le top less ] Coordonnées ] Nouveautés ] Autres randonnées ]

Pour toute question ou remarque concernant notre aventure, envoyez un courrier électronique à gr20@charlet.info.